Nom d'utilisateur

Mot de passe


Langue Française English
Réalisations
Actions sous-Régionales
Burkina Faso
Côte d'Ivoire
Sénégal
Réalisations Burkina Faso
Vous trouverez dans cette rubrique des informations sur toutes les activités menées ou à venir dans le cadre du programme ARPEM. Les articles sont classés par pays. Les réalisations supranationales sont présentées dans la sous-rubrique "Actions sous-régionales". Bonne lecture !
activités du mois de janvier à la pépinière
Le mois de janvier fût un mois d’activités intenses à la pépinière de Ouagadougou. Deux activités phares ont été réalisées au profit des entrepreneurs culturels : un atelier de formation sur la gestion des entreprises culturelles et une mission de partage d’expériences d’un expert jamaïcain.
De la formation sur la gestion des entreprises culturelles

Du 9 au 19 janvier 2012, s’est déroulée à Ouagadougou une formation organisée par la Pépinière des entreprises culturelles du Burkina Faso au profit de vingt-cinq entrepreneurs évoluant dans le domaine de la musique. Cette formation s’est tenue à l’ABMAQ. Les bénéficiaires de cette formation, dénommée Formation GERME, c’est-à-dire « gérer mieux son entreprise », ont été choisis parmi ceux ayant déjà bénéficié des 2 précédents ateliers de formation organisés par la pépinière de Ouagadougou, respectivement en octobre 2010 et octobre 2011. Plusieurs thématiques ont été abordées pendant 10 jours, en 2 temps majeurs.

La première semaine, essentiellement destinée à la méthodologie GERME, a été consacrée à des modules traitant des principes et des outils de base de la gestion des entreprises. Sept modules ont été au total abordés : le marketing ; la comptabilité ; la planification financière ; la gestion des stocks ; le calcul des coûts ; l’approvisionnement ; et la productivité et le personnel. Elle a duré six jours de formation, du lundi 9 au samedi 14 janvier 2012. La formation GERME a été animée par trois experts de la Maison de l’Entreprise. Elle a permis aux entrepreneurs, grâce à des kits pédagogiques, à des exercices pratiques et à des jeux de rôles, de ressortir le vécu quotidien de leurs pratiques et d’acquérir des techniques et des outils indispensables à la gestion de leurs entreprises.

La deuxième semaine a été consacrée à des thématiques liées aux enjeux du développement et de la dynamique des entreprises de la musique. Six modules ont été ainsi développés pendant quatre jours, allant du lundi 16 au jeudi 19 janvier 2012 : les stratégies de promotion de la musique à l’international ; les négociations et la rédaction des contrats ; la sécurisation des relations contractuelles et la fiscalité de l’entreprise ; la situation du développement institutionnel de la culture ; le financement public des entreprises culturelles ; le financement privé des entreprises culturelles en lien avec les banques. Ces modules ont été développés par des experts, spécialistes des questions culturelles, des juristes et un banquier. Des six intervenants, cinq étaient du Burkina Faso et un est venu de la Côte d’Ivoire comme intervenant principal ouest-africain. Il s’agit de M. KONE Dodo, Directeur Général du Palais de la Culture d’Abidjan et ancien manager d’Alpha Blondy. Son intervention a porté sur les stratégies de promotion des produits culturels à l’international, ainsi que sur des entretiens individuels accordés aux entrepreneurs culturels. Une trentaine d’entrepreneurs culturels ont bénéficié, à travers ces entretiens individuels, de conseils en matière de management d’artistes et de gestion d’entreprises culturelles. Après son passage à la formation, KONE Dodo s’est consacré pendant toute une semaine, à des entretiens individuels. Ces entretiens ont permis aux entrepreneurs de bénéficier de conseils personnalisés et d’ouvrir des pistes de collaborations futures entre les entreprises culturelles du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire.

La cérémonie de clôture de la formation a eu lieu le jeudi 19 janvier 2012. Elle a été présidée par Monsieur le Secrétaire Général du Ministère de la Culture et du Tourisme, représentant Monsieur le Ministre de la Culture. Plusieurs invités ont marqué par leur présence un sceau particulier à ladite cérémonie, qui, a en croire les entrepreneurs bénéficiaires, a connu un succès éclatant.

La mission de partage d’expériences de l’expert jamaïcain

Du 15 au 25 janvier 2012, la pépinière des entreprises culturelles a accueilli Monsieur Harold Davis, expert jamaïcain pour une mission de partage d’expériences avec les partenaires du programme ARPEM au Burkina Faso. M. DAVIS est le Directeur Général de la Jamaïcain Business Développent Corporation(JBDC), une société étatique chargée du développement des affaires. Pendant 10 jours, l’expert jamaïcain a visité une quinzaine de structures au Burkina Faso, intervenant dans l’artisanat, les arts appliqués, la mode, du textile, de l’industrie musicale, et l’administration culturelle. Le but de ces visites était de présenter les spécificités culturelles du Burkina Faso d’une part, et d’autre part que les entrepreneurs culturels de notre pays puissent connaître le potentiel culturel de la Jamaïque, qui se trouve dans une démarche économique et marchande des produits culturels. Toutes les visites ont été suivies de séances de travail et des pistes de partenariats se sont dégagées pour certaines structures. Parmi les structures qui ont reçu la visite de l’expert, il y avait : NAS MODE, LE JARDIN DE LA MUSIQUE REEMDOOGO, SEYDONI PRODUCTION, le CDC, LE VILLAGE ARTISANAL DE OUAGADOUGOU, LE SIAO, LE CENTRE LUKARE, EMANA, GX226.

L’expert jamaïcain a également eu des séances de travail avec le comité de pilotage, le comité d’experts et l’équipe de la pépinière et a pu partager ses expériences en matière de préfiguration ou d’incubation de pépinières d’entreprises. Il a en outre eu des séances de travail avec la Maison de l’Entreprise et le Ministère de la culture et du Tourisme.

Ces deux activités marquent des moments forts dans l’atteinte des objectifs de la pépinière des entreprises culturelles. L’organisation de ces activités s’inscrit dans la démarche de développement de l’entreprenariat culturel au Burkina Faso, gage du développement de l’économie de la culture et des industries culturelles. La culture est un secteur économique émergent, et c’est par le renforcement des capacités des acteurs que le secteur pourra être boosté, avec des entreprises viables et compétitives.

Atelier de formation des entrepreneurs culturels
Formation GERM
FORMATION GERME au profit de vingt-cinq ENTREPRENEURS de la musique, du 9 au 19 janvier 2012 à ouagadougou. La pépinière des entreprises culturelles du Burkina Faso, mise en place dans le cadre du programme d’Appui au Réseau ouest-africain de Pépinières d’Entreprises de la filière de la Musique (ARPEM), organise le troisième atelier de formation des entrepreneurs de la Musique, sur la gestion des entreprises culturelles, dénommé formation GERME. Ledit atelier est prévu du lundi 9 au jeudi 19 janvier à l’ABMAQ. La formation GERME, définie selon l’expression «comment mieux gérer et mieux vendre son entreprise », est une opportunité pour les entrepreneurs culturels du Burkina Faso de se familiariser aux outils de gestion et de management de leurs entreprises. Les thématiques à aborder en GERME sont les suivantes : l’entreprise et la famille ; le marketing ; l’approvisionnement ; la gestion des stocks ; le calcul des coûts ; la comptabilité ; la planification financière ; le personnel et la productivité. Les autres thématiques concerneront les stratégies de promotion des produits culturels au niveau national et international, l’élaboration des contrats, le financement public et le financement privé des entreprises culturelles en lien avec les crédits bancaires, la sécurisation des relations contractuelles et la fiscalité de l’entreprise. La formation sera assurée par des experts de la Maison de l’Entreprise et d’autres spécialistes. La particularité de cet atelier est la présence parmi les formateurs de Monsieur KONE Dodo, Directeur Général du palais de la Culture d’Abidjan (Côte d’Ivoire) et ancien manager de ALPHA BLONDY. Cette formation viendra renforcer la capacité de gestion des entrepreneurs culturels pour les rendre plus compétitifs sur le marché national et international. La pépinière des entreprises culturelles du Burkina Faso reste une plateforme de développement de l’économie de la culture et des industries culturelles. (KI KIPAN Moustapha Stagiaire en communication à la pépinière de Ouagadougou)
Recensement analytique des entreprises musicales à Ouagadougou
Retrouvez le rapport d'analyse des principales problématiques de la filière ainsi que la présentation des 62 entreprises recensées au sein des différents métiers qui composent cette filière.
Image 1
Parallèlement à l’étude de faisabilité, un recensement des entreprises musicales de Ouagadougou a été mené par Odas Africa entre octobre 2009 et octobre 2010. Celui-ci a couvert le champ marchand (entreprises commerciales), le champ non marchand (associations à but non lucratif), ainsi que les structures publiques.

La réalisation des enquêtes s’est axée sur trois différentes phases complémentaires :
- la mise à disposition d’une information de base par entreprise identifiée ;
- les enquêtes de terrain pour collecter, actualiser, compléter et approfondir les données recherchées et la centralisation des données ;
- la réalisation du répertoire final.

La sélection des personnes choisies pour réaliser les enquêtes a été faite suivant leur bonne connaissance des entreprises de la musique et leur capacité à instaurer un climat de confiance avec les entrepreneurs interrogés.Une session de formation a été organisée pour permettre à ces enquêteurs de comprendre les enjeux des deux études, recueillir leurs questions et leurs attentes mais aussi harmoniser leur compréhension générale du programme ARPEM afin d’accroître leur efficacité.

Ce dispositif de travail a donné lieu à la réalisation d’un document de 42 pages présentant les résultats analytiques de l’enquête – une présentation du fonctionnement des différents maillons, les besoins et les défis à relever par les entrepreneurs musicaux de Ouagadougou – ainsi que le recensement des différents acteurs locaux de la filière sous forme d’une base de données

L'ensemble du document est téléchargeable dans la rubrique Ressources.

La base de données est consultable dans la rubrique Base de données.

Etude de faisabilité sur le dispositif de Pépinière à Ouagadougou
Pour étudier la pertinence de la mise en place du dispositif d’appui aux activités économiques menées dans la filière musique à Ouagadougou et pour en dresser plus précisément le projet d’établissement, une étude de faisabilité a été réalisée par Odas Africa sur le territoire de Ouagadougou d’octobre 2009 à septembre 2010.

Tout d’abord, une enquête conjointement conduite par Culture et développement et Odas Africa auprès d’un échantillon représentatif de professionnels ouagalais de la musique (10 entités parmi les artistes, producteurs discographiques et de spectacles, managers, distributeurs, organisateurs de spectacles et journalistes culturels) pour comprendre le fonctionnement du secteur musical et pour recenser les besoins des différents acteurs.

Ensuite, des entretiens avec les différents acteurs institutionnels du soutien au secteur de la culture et au secteur privé ont été menés afin d’identifier les dispositifs existants et de définir les rôles potentiels des futurs partenaires du projet. Enfin, après la rédaction d’une version provisoire, le Comité de Pilotage de Ouagadougou s’est réuni en atelier de travail pendant deux jours en présence d’un représentant de Culture et développement pour amender et valider le projet d’établissement de la pépinière d’entreprises musicales de Ouagadougou

Ce dispositif de travail a permis la production d’un document d’une cinquantaine de pages composé de 2 parties. La première partie du document est consacrée à la description de l’environnement de la filière et à la justification du projet de création d’une pépinière. La deuxième partie, quant à elle, présente le projet d’établissement de la pépinière : la politique de la pépinière (objectifs, principes, moyens d’action), les services à mettre en place, ses modalités de fonctionnement opérationnel ainsi que les ressources humaines et financières affectées au projet.

Retrouvez l'intégralité de l'étude téléchargeable dans la rubrique Espace partenaires.