Nom d'utilisateur

Mot de passe


Langue Française English
Réalisations
Actions sous-Régionales
Burkina Faso
Côte d'Ivoire
Sénégal
Réalisations Actions sous-Régionales
Vous trouverez dans cette rubrique des informations sur toutes les activités menées ou à venir dans le cadre du programme ARPEM. Les articles sont classés par pays. Les réalisations supranationales sont présentées dans la sous-rubrique "Actions sous-régionales". Bonne lecture !
Le séminaire de Dakar en juin 2010
Première rencontre sous-régionale
Le programme ARPEM a tenu sa première rencontre à Dakar du 22 au 24 juin 2010, dans les locaux du PECCS-FOMECC Sénégal, pépinière d'entreprises culturelles implantée en 2008 par l'Association des métiers de la musique du Sénégal et l'ONG espagnole Interarts.
Image 1
Rassemblant pendant trois jours l'ensemble des partenaires du programme ARPEM, le séminaire de Dakar fut tout à la fois un temps de diagnostic, un temps d'échange et un temps de concertation sur les perspectives futures.

Un temps de diagnostic, d'abord, car la restitution des différentes études et recensements menés dans le cadre du programme ARPEM a permis de faire un état des lieux de l'entrepreneuriat culturel en Afrique de l'Ouest. Les travaux montrent qu'au-delà des spécificités nationales, les industries musicales et culturelles du Sénégal, du Burkina Faso et de la Côte d'Ivoire connaissent des problématiques similaires. Le développement des entreprises culturelles est freiné par un environnement juridique, fiscal, institutionnel, économique et financier défavorable. L'étroitesse des marchés bride la rentabilité des activités économiques, amenant les opérateurs culturels à privilégier les stratégies de survie à court terme et la multiplication des activités, au prix d'une confusion entre les métiers de la filière et les modèles économiques de rémunération. Partout, on note que la culture entrepreneuriale est insuffisamment développée au sein des filières culturelles: les notions de prise de risque, de planification et d'investissement sont les grandes absentes de l'entrepreneuriat culturel. Cet état de fait explique en partie la difficulté du dialogue entre les entrepreneurs culturels et le secteur bancaire. Mais en partie seulement, car plus globalement les filières culturelles souffrent d'un déficit de reconnaissance en tant que secteur économique, tant de la part des pouvoirs publics que de celle des milieux d'affaires, ce qui se traduit par un accès difficile, voire inexistant, aux dispositifs de financement. Les différentes études concluent également à un déficit de ressources humaines formées et à l'absence d'une offre de formation adaptée sur des thématiques spécifiques (propriété intellectuelle, fonctionnement de la filière, gestion d'entreprise, maîtrise des nouvelles technologies...).

Un temps d'échange, ensuite, parce que les partenaires du programme ARPEM, tous convaincus de la nécessité d'accompagner la création, le développement et la consolidation des entreprises culturelles, ont pu présenter et confronter leurs approches respectives. L'expérience du PECCS-FOMECC Sénégal, initiée il y a deux années, la préfiguration de la pépinière du Nzassa à Abidjan, les actions menées par la Maison de l'Entreprise à Ouagadougou, mais aussi les expertises jamaïcaines et sud-africaines en la matière ont permis de remettre à plat les différentes facettes de l'appui aux entreprises culturelles. Depuis la définition même de "l'entreprise culturelle" jusqu'aux modalités de fonctionnement des pépinières, en passant la définition des services d'accompagnement et des critères de sélection des bénéficiaires, l'ensemble des paramètres ont pu être abordés et débattus.

Un temps de concertation, enfin, puisque le séminaire de Dakar a également permis d'amorcer une réflexion collective sur la notion de réseau et ses implications. Des outils destinés à installer et à consolider progressivement une dynamique de réseau associant les partenaires ARPEM ont été présentés par Culture et développement. Parmi ces outils, les séminaires sous-régionaux (celui de Dakar sera suivi de rencontres similaires à Abidjan puis à Ouagadougou), mais aussi un blog et un site Internet (celui sur lequel vous surfez actuellement !), tous deux mis en ligne tout récemment.

L'ensemble des conclusions du séminaire de Dakar sont disponibles dans le compte-rendu téléchargeable dans la rubrique Ressources.